WNEWSLOGO.jpg

Révélation - C'était... avant hier

Il y a 9 000 ans, des femmes chassaient dans toute l’Amérique La découverte en 2018 au Pérou d’un squelette féminin accompagné d’armes de jet a conduit à une réévaluation à la hausse de la proportion de chasseuses durant la préhistoire.

Par Florence Rosier : Article complet et passionnant



Les hommes au travail, les femmes à la maison ? Cette division du travail « à la papa », transposée à la préhistoire, peut se traduire par : « les hommes à la chasse, les femmes à la cueillette ». Tel était le dogme en vigueur, à propos du partage des tâches entre sexes dans les populations de chasseurs-cueilleurs de nos ancêtres sapiens.


Vision monolithique et patriarcale, en vérité. Et bien plus fausse qu’on ne le croit. L’étude publiée le 4 novembre dans la revue Science Advances en fait foi : à la grande surprise des auteurs, de l’université de Californie, onze femmes, au total, qui pratiquaient activement la chasse ont été identifiées dans des tombes datant d’il y a environ 9 000 ans, réparties sur toute l’Amérique du Nord et du Sud.



Cette révélation commence par la découverte, en 2018, d’une tombe située sur les hauts plateaux de l’actuel Pérou, dans les Andes, sur le site de Wilamaya Patjxa. Elle contenait les restes humains de six individus, dont deux étaient accompagnés d’outils de chasse et de dépeçage. L’ADN de ces squelettes étant mal conservé, les chercheurs ont eu recours à une subtile technique de détermination du sexe : ils ont analysé des protéines, les amélogénines, qui forment 90 % des protéines de l’émail dentaire. Leur gène (AMEL) est porté à la fois par les chromosomes X et Y, avec des différences de séquences et de taille entre les versions X et Y. Les dents des mâles renferment 90 % de la version X et 10 % de la version Y, tandis que celles des femelles renferment 100 % de la version X. Une analyse étayée par celle de la morphologie des squelettes.

Lire la suite

7 vues

WNEWS Agency | Ph RECLUS - Siret : 510 797 640 000 16